fbpx

Ti Emile, 25 ans après…

Le 24 juin dernier, environ 200 spectateurs commémoraient à la Maison du Bèlè le 25ème anniversaire de la mort d’Emmanuel Casérus dit Ti-Émile. Un moment pour saluer l’entrée dans ce temple de la tradition d’un tout nouveau monument. 

Au centre des festivités,
l’inauguration d’une statue à l’effigie du « gardien de la tradition » martiniquaise. La sculpture a été réalisée par le sculpteur Olivier Delobel et la fonderie « Art de Fondre ». Plusieurs orateurs, parmi lesquels le Maire de Sainte-Marie, René Vaténar, ont évoqué l’importance de l’héritage légué par Ti-Émile Casérus.

Plus présent à la Maison du Bèlè

Depuis 2003, l’exposition permanente disposée à l’intérieur du bâtiment inclut un panneau consacré à la vie et à l’oeuvre de Ti-Émile. Cet illustre chanteur décède le 10 mars 1992, soit onze ans avant l’ouverture de la Maison du Bèlè dans sa ville natale, Sainte-Marie. Ti-Émile ne participera donc pas aux travaux menés à partir de 2003 dans ce lieu de mémoire et de célébrations situé au quartier Reculé.

Mais le monument inauguré en juin dernier à l’entrée de l’espace renforce la présence à la Maison du Bèlè de cette grande figure de la famille Casérus.

De la danse et une BD pour la commémoration

Autre temps fort de la commémoration : la présentation d’une bande-dessinée intitulée « Ti-Émile Lavwa Bèlè ». Une production de la Maison du Bèlè, scénarisée par Annick Justin-Joseph, et illustrée par Jean-Louis Lestin. Les spectateurs rassemblés dans la cour de la Maison du Bèlè ont aussi apprécié une création artistique autour de la gestuelle bèlè : un spectacle chorégraphique signé Josy Michalon.

D’autres Maîtres du Bèlè ont contribué à l’enrichissement du patrimoine traditionnel martiniquais. Il y a fort à parier que des monuments, à l’effigie de ces « gardiens de la tradition » eux aussi disparus, rejoindront la statue de Ti-Émile à la Maison du Bèlè.

Nous y étions, et vous?

ILS/ELLES ONT DIT 

- Jean-Michel Casérus, Fils de Ti-Émile : « Je suis très content et fier que le portrait de mon père ait pu voir le jour et qu''il soit posé à la maison du Bèlè. Son esprit, ce qu'il a légué, son visage, son image, bref, tout cela devient immortel. J'aime aussi l'idée que cela soit le premier buste dans ce lieu et que l'on ne puisse pas le rater du fait qu'il soit à l'entrée de la Maison du Bèlè. Réaliser et poser le buste a été un parcours du combattant. Je suis fier que « Chimen Milo » ait pu aboutir cette année malgré les difficultés. En réalité je n'ai pas de mots pour décrire vraiment ce que je ressens.

- Francina Gersé, Soeur de Ti Emile : « Je n’ai pas apprécié que la statue ait été placée dans la cour. Pour moi, elle aurait dû être à l’extérieur. Les statues ont leur place dans des espaces ouverts, où tout le monde peut les voir. Ce n’est pas seulement quand il y a bèlè que les gens devraient la voir. Elle aurait dû être sur une place, peut-être à Bezaudin, ou même dans le rond-point de la Maison du Bèlè. En plus, ça ne ressemble pas du tout à Ti Emile. »

- Jean-Louis Lestin, Dessinateur : « J’ai toujours aimé le bèlè. Quand Jean-Michel Casérus est venu me voir, je savais simplement que ce serait une BD en rapport avec le bèlè. Par la suite, il m’a précisé que ce serait sur son père Ti Emile. Comme je l’ai dit, j’aime beaucoup le bèlè et les chansons de Ti Emile. Pour moi, c’est l’une des grandes figures, avec Ti Raoul notamment. Ca a donc été un plaisir de réaliser les illustrations. »

- Isabelle Florenty, responsable de la Culture à l’OSATOURC en charge de la Maison du Bèlè et de la Vannerie.« Aujourd’hui Ti Emile est reconnu comme étant un maitre incontesté et incontournable du Bèlè et faisant partie du patrimoine Martiniquais. Il n’existe pas de symbole, de monument représentatif de ce qu’il représente au sein de la culture de notre pays et qui contribuerait à marquer sa mémoire. Dans un futur proche d’autres grandes personnalités de la Culture Bèlè viendront le rejoindre. »

Pour aller plus loin

Biographie de Ti Emile -  source 

Emmanuel Casérus est le fils de Victoire Saint-Ange, danseuse bien connue du milieu bèlè et organisatrice de swaré à Bezaudin à Sainte-Marie. Il naît en 1925 à Sainte-Marie. Dès l’âge de 13 ans, il quitte l’école pour aider ses parents à élever ses sept frères et sœurs, en travaillant dans les plantations. Dans les années 1970, il rejoint Fort-de-France à la demande d’Aimé Césaire et d’Anca Bertrand : il est employé comme agent culturel au centre Jean-Marie Serreau de Dillon. Dans la même période, il crée le groupe « La fleur créole », qui forme de nombreux.ses danseur.se.s, et participe à la diffusion du bèlè à travers la Martinique. Il prend sa retraite en 1989. Ti Emile décède le 10 mars 1992, laissant derrière lui une importante discographie.

Mano rétrohommage à Emmanuel Casérus dit Ti Emile 

Extrait Milo poko mò, un film de Fabienne Kanor et Jean-Michel Casérus 

Chimen Milo, 25 lanné apwé

Sanmdi 24 jen 2017, lavil Sent Mari, l’OSATOURC, kay bèlè-a épi fanmiy Ti Émil té envité tout moun pou sélébré 25 lanné apré lan mò Ti Émil.

Sé moun-la ki kolé zépòl pou fè omaj tala koumansé palé anlè sa i té près sétè d’swè. Té ni  mè Sent-Mari-a, misié Vaténa, an moun la CTM, Cap Nor, l’OSATOURC, la DAC, épi fanmiy Milo : sé yich li-a èk sè-y.

Apré sa yo montré an moman dansé épi sé jès bèlè-a. Sé man Josy Michalon ki té travay anlè spektak-la épi dé manmay bèlè.

Lè yo fini, i té lè pou palé di liv-la yo matjé anlè lavi Ti Émil. Annick-Justin Joseph matjé listwa-a épi Jan-Lwi Lesten fè sé désen-an.

Swaré-a bout pa koté dizè.

 

 

« »

One thought on “Ti Emile, 25 ans après…

  1. Delobel dit :

    Bonjour,

    je viens de lire votre article. C’est moi, Olivier Delobel, qui ai réalisé le buste de Ti Emile (http://www.delobel-sculpteur.com/), et non Jean-Jacques Ruddy. Pourrez-vous modifier l’information ?
    En vous remerciant.
    Bien à vous.
    Olivier Delobel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PUB3DEF
Logo et site – BLOG