fbpx

CONFERENCE – Quand le carnaval fait débat

« Carnaval, Identité, Spiritualité » : une conférence-débat brûlante d’actualité, pour croiser les regards sur un rendez-vous incontournable du calendrier culturel martiniquais. Ce mardi 2 mars 2021, le presbytère de la Cathédrale de Fort-de-France a fait salle comble. Face au public, quatre intervenants de qualité : un écrivain, un sociologue et deux prêtres catholiques.

« Associer carnaval et spiritualité est quelque chose d’habituel, débute le Père Gaëtan PRÉSENT, même si pour beaucoup de personnes, le carnaval ne relève que du profane, c’est-à-dire qu’il n’a rien à voir avec le sacré, voire même qu’il est en opposition avec le sacré. » Le Vicaire de la paroisse de Saint-Joseph poursuit : « Associer carnaval et identité est aussi habituel. Le cru de 2021 le dit un peu à sa façon. De tout temps, les festivités ont toujours accompagné les hommes et rythmé leur vie sociale et religieuse. »

LE CARNAVAL MARTINIQUAIS, HÉRITAGE ESCLAVAGISTE…

Pour Charles-Henri FARGUES, « le carnaval martiniquais est la rencontre de deux philosophies, de deux manières d’être. » Européenne et africaine. « Ensuite, poursuit l’écrivain, c’est la rencontre entre les nantis et les esclaves. Tout le monde a entendu parler des bals de Madame du Parquet. (Épouse du Gouverneur de Martinique Jacques du Parquet au dix-septième siècle, NDLR) Les esclaves se sont approprié un certain nombre de pratiques, de costumes, de façons de faire des maîtres qu’ils voyaient passer. » De leur côté, les maîtres s’amusaient à imiter les esclaves. « Il y a une interpénétration des idées et des coutumes », conclut Charles-Henri FARGUES.

… OU RITE ANTIQUE ?

Mais selon le Père Gaëtan PRÉSENT, il faut chercher bien plus loin les origines de cette tradition. Il mentionne l’exemple des Dionysies dans la Grèce antique. « Ce sont des fêtes religieuses autour de la fécondité, de la fertilité, de l’ivresse, données en l’honneur du dieu Dionysos, dieu jouisseur des plaisirs charnels. Les grecs processionnaient derrière une statue, où un homme représentant Dionysos était tiré par un char. Ceux qui se refusaient à ce rite étaient punis par le dieu. » Autres intervenants à cette conférence, le sociologue Serge DOMI et le Père Jean-Michel MONCONTHOUR, Curé de la Cathédrale. Entre autres sujets évoqués, les différentes figures du carnaval et leurs symboliques.

« C’était dense, souligne Christine, spectatrice. On reste un peu sur sa faim parce que des beaux sujets sont abordés et on ne va pas jusqu’au bout. Mais c’est formidable, c’est un début et je trouve que ça a le mérite d’exister. »

La rencontre était organisée par le GRISM, Groupe de Réflexion pour une Identité et une Spiritualité en Martinique. Pour Maryse, elle aussi spectatrice, cet échange s’avère essentiel : « Cette année était une année importante où le carnaval a pris une tournure particulière. La question a d’ailleurs été posée : que pensez-vous du carnaval 2021 ? » Réponse en images dans notre reportage vidéo.

Véronique LORDINOT

«

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.