fbpx

PORTRAIT – MAX BRILER, PRÉSIDENT DU BARYL BAND : Que vive le carnaval du Nord !

Max BRILER préside le Baryl Band depuis plus de trente ans. Trois décennies de lutte pour la mise en place, l’installation puis la consécration de la Grande Parade du Nord. Certains le nomment ‘Le Dictateur’. Mais tous applaudissent son courage et sa détermination. Pleins feux sur un pilier du carnaval martiniquais.

« Mes qualités ? s’amuse Max BRILER. Meneur d’hommes. » Un sourire flotte encore sur ses lèvres. Plus de 70 musiciens, chorégraphes et accompagnateurs constituent le Baryl Band. Le carnaval est lancé, et l’Animateur de la Ville du Lorrain affine les derniers détails.

Regarder la vidéo

Un carnaval 2019 aux couleurs des communautés

Haïti, Brésil… Cette année, Baryl Band « souhaite une ouverture sur les communautés qui vivent à la Martinique. » Dimanche 24 février, le groupe accueillera au Lorrain plus de 15000 spectateurs pour la 19ème édition de la Grande Parade du Nord. 20 orchestres de rue sillonneront le bourg, 15 groupes costumés, en plus des formations communautaires. Parmi les groupes invités, le Senna All Stars de la Guadeloupe. « En partenariat avec Gwanaval », précise Max BRILER. Pour les jours gras, Baryl Band reçoit les Mokshû Lion’s de Suisse, invités pour la 3ème fois par leurs amis lorrinois.

En 32 ans, une ascension planétaire

« Avec Max, confie Denis DAPHNÉ, j’ai voyagé dans tous les pays. » Gervais BOSSO énumère : « La Croatie, la Slovénie… » ‘Papy’, le doyen du Baryl Band. Un surnom inventé par Max BRILER. « Max c’est mon neveu, précise Gervais BOSSO. Il travaille beaucoup. » France, Suisse, Espagne, Italie, Andorre… Leur parcours est impressionnant.

« En 1987, reprend le Président, trois quartiers du Lorrain – Sous-Bois, Cité Le Vallon et le Bourg – se sont réunis pour monter le MJL, Mouvement de la Jeunesse Lorrinoise. » En 1989, le MJL donne naissance au Baryl Band. « Quand on a lancé la parade en 90, c’était compliqué de faire venir un groupe au Lorrain. » Avec les responsables lorrinois du Plastic System Band, Alain GENEVIÈVE les soutient. De 1996 à 1999, Trinité accueille quatre éditions de la Grande Parade du Nord. Puis retour au Lorrain.

En 1998, Baryl Band réalise sa première tournée européenne. L’avenir pour Max BRILER ? Défendre, toujours, la Grande Parade du Nord. « L’idée au départ, rappelle-t-il, c’était de faire en sorte que les gens du Nord puissent vivre une journée exceptionnelle de carnaval ». Pari réussi !

Véronique LORDINOT

error
« »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.